Show Less
Restricted access

Le jugement professionnel, au cœur de l’évaluation et de la régulation des apprentissages

Series:

Lucie Mottier Lopez and Walther Tessaro

Le jugement professionnel est au cœur des pratiques d’enseignement. Il représente un enjeu crucial pour l’évaluation formative et certificative des apprentissages des élèves. Il oriente le regard sur les compétences professionnelles nécessaires à l’exercice d’une évaluation pédagogique de qualité, inscrite dans un cadre éthique et déontologique. À travers le jugement professionnel, l’ouvrage a pour objectif de mieux comprendre le caractère complexe de l’évaluation située des apprentissages des élèves. Les chapitres présentent des recherches menées dans différents ordres d’enseignement et contextes de formation. Les auteurs ont choisi diverses entrées de problématisation : pratiques de notation, implication de l’élève dans l’évaluation, régulations dans des situations d’évaluation de compétences, négociation des cultures d’évaluation y compris au-delà de la salle de classe.
Show Summary Details
Restricted access

Quelle évaluation collaborative dans la modération sociale entre enseignants?

Extract



Fernando Morales Villabona et Lucie Mottier Lopez

Ce chapitre s’intéresse à la dimension collaborative du jugement professionnel des enseignants quand ils ont pour buts communs de concevoir, de façon concertée, une épreuve pour leurs propres élèves, puis de s’accorder sur l’évaluation des réponses des élèves. L’idée d’évaluation collaborative émerge dans la littérature actuelle, notamment dans les écrits anglo-saxons, en salle de classe avec les élèves1 (e.g. Hargreaves, 2007) mais aussi entre professionnels de l’éducation. Dans le cadre d’une collaboration entre enseignants2, hors de la classe, la modération sociale (e.g. Wyatt-Smith, Klenowski & Gunn, 2010) implique un travail collectif sur des travaux concrets d’élèves. Elle insiste sur l’idée de «confrontation de jugements humains» (Linn, 1993) dans le but de co-construire des consensus sur les travaux à évaluer que nous proposons d’associer à des jugements professionnels. Maxwell (2002) définit deux types et donc deux fonctions principales à la modération sociale: (1) pour «rendre compte», c’est-à-dire à des fins de contrôle externe et de validation officielle des résultats de l’évaluation. (2) Pour améliorer les pratiques évaluatives et, dans le prolongement, le système éducatif, en soutenant le développement des compétences professionnelles des enseignants à formuler des jugements d’évaluation plus valides, équitables et comparables. Dans ce cas, la modération sociale (MS) peut être une pratique «interne» à un établissement scolaire ou impliquer plusieurs établissements scolaires avec un accompagnement proposé par...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.