Show Less

S’investir dans son travail : les enjeux de l’activité enseignante

Series:

Bernard André

L’activité de l’enseignant mobilise de manière importante sa personne, son histoire, ses affects. La notion d’investissement subjectif permet de rendre compte de ces aspects, en se focalisant sur les interactions de la subjectivité de l’enseignant avec son environnement de travail et ses activités. Cet ouvrage se fonde sur une étude clinique de seize entretiens d’auto confrontation, lors desquels les enseignants ont commenté les traces de leur activité préalablement enregistrée sous forme vidéo.
Comprendre ce qui est au cœur de cet investissement subjectif est un enjeu important, spécialement dans une période d’intensification et de complexification du métier d’enseignant. Cet ouvrage est destiné à un public pluriel : l’enseignant qui souhaite mettre des mots sur son activité ; le formateur d’enseignants qui cherche à rejoindre les préoccupations de ceux qu’il forme ; les acteurs ayant une fonction de soutien ou d’encadrement dans les écoles ; et finalement le sociologue intéressé par les enjeux du travail.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 5: LA RECONNAISSANCE 65

Extract

65La reconnaissance CHAPITRE 5 LA RECONNAISSANCE Le travail enseignant est marqué par un aspect important, qu’il partage avec ce que l’on appelle les relations de service. Dans ces activités, la production (ici l’enseignement) et la consommation (l’apprentissage des élèves) se déroulent simultanément et s’épuisent mutuellement dans cette simultanéité (Tardif, 1993). L’œuvre produite disparaît aussitôt pro- duite et consommée, et demeure ainsi évanescente, inmontrable. Cette caractéristique implique ainsi un déficit de reconnaissance potentiel (Lantheaume & Hélou, 2008). En effet, posons-nous la question: quel est le produit de l’activité enseignante? En quoi consiste sa visibilité? Serait- ce les fiches ou les cahiers remplis par les élèves? Certainement pas: ces productions sont celles des élèves, et ne reflètent pas forcément l’activité produite par l’enseignant. Serait-ce les résultats des évaluations aux tests passés par les élèves? Peut-être davantage, pour autant que les tests mesurent bien ce qui est à mesurer, c’est-à-dire les apprentissages des élèves. Car c’est cela la «production» de l’enseignant: de l’apprentissage pour d’autres que lui. L’immatérialité du produit de son activité soulève la question, non seulement théorique, mais parfois lancinante dans sa quotidienneté: comment mettre en évidence la réussite de son activité? Comment constater «le bel ouvrage»? Si «la reconnaissance de soi par autrui constitue la fin recherchée par les hommes et les femmes dans l’activité de travail et par conséquent la possibilité ou...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.