Show Less
Restricted access

Services et environnement

Les enjeux énergétiques de l’innovation dans les services

Series:

Charlotte Fourcroy

Dans le contexte actuel d’une économie dominée par les activités de services et de la montée des préoccupations énergétiques, cet ouvrage est consacré à la question de la consommation d’énergie des services. Les services ne sont pas immatériels, en particulier sous l’angle énergétique.
L’interactivité, qui est considérée comme l’une des caractéristiques fondamentales des activités de services, est une source majeure de matérialité. Celle-ci repose sur des systèmes physiques de transport et de communication qui sont énergivores. Par ailleurs, les services nécessitent l’utilisation de nombreux équipements et infrastructures.
Les dynamiques d’innovation et de changement dans les services ont des répercussions majeures sur la demande d’énergie. Il ne s’agit pas seulement des innovations visant les économies d’énergie, mais aussi des innovations de services répondant aux grands enjeux économiques.
Cette analyse se base sur une investigation empirique approfondie dans le secteur hospitalier et dans celui de la grande distribution alimentaire, particulièrement touchés par la question de la transition énergétique.
Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 2: La mesure des consommations d’énergie des services

Extract

CHAPITRE 2

Dans la théorie économique, les services sont souvent décrits comme immatériels ou intangibles. Cette immatérialité expliquerait de moindres consommations d’énergie et un impact environnemental négatif faible, comparativement à l’industrie. Pourtant, à partir de la définition des services et d’une décomposition de la prestation de services intégrant l’amont et l’aval du service, nous avons montré que l’immatérialité des services est un mythe, tout au moins en termes énergétiques, et nous avons identifié différentes sources de matérialité énergétique.

Nous allons à présent illustrer et valider cette analyse théorique, par un certain nombre d’observations empiriques et par la réévaluation des consommations d’énergie nécessaires à la réalisation des activités de services. Nous voulons, en particulier, montrer que les statistiques énergétiques du secteur tertiaire ne représentent qu’une partie des consommations d’énergie réellement nécessaires aux activités de services.

Nous rendons compte, tout d’abord, d’un certain nombre de statistiques énergétiques du secteur des services (section 1). Nous faisons, autant que possible, le lien entre ces données empiriques et les sources de consommation d’énergie mises en évidence par notre précédente analyse théorique. Nous proposons, ensuite, une réévaluation des consommations d’énergie nécessaires à la réalisation des activités de services. Nous nous intéressons, en particulier, aux consommations d’énergie pour les déplacements associés aux activités...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.