Show Less

Discours et représentations du plurilinguisme

Avec une postface de Daniel Coste

Series:

Sofia Stratilaki

Comment décrire les représentations des langues et de leur apprentissage chez des apprenants ? Comment certaines représentations aident-elles les apprenants à construire une identité réflexive dont la dynamique se manifeste à travers les pratiques des langues ? Cet ouvrage s’inscrit dans la ligne des questionnements en linguistique et en didactique et porte sur les conditions dans lesquelles s’opère la construction d’une compétence plurilingue chez des élèves scolarisés dans les établissements de Buc, de Fribourg et de Sarrebruck. En s’appuyant sur des données empiriques, l’auteure essaie de tirer au clair la façon dont se dessine, à la rencontre des profils typologiques et des traits constitutifs des représentations identitaires, le répertoire langagier des élèves franco-allemands.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Avant-propos 15

Extract

Avant-propos Aujourd’hui le plurilinguisme est devenu un terme à la mode, qui a cessé de faire peur. Plus précisément, la compétence plurilingue est un objectif péda- gogique dont la valeur paraît évidente à la plupart des gens. Du moins aussi longtemps qu’elle est définie en termes généraux et abstraits ! (Py 2005, 73) C’est en ces termes que Bernard Py invite le lecteur à découvrir un fait simple et fondamental de la vie en commun : interagir, vivre et communiquer en plusieurs langues… À nos yeux de chercheur, ce fait est devenu un objet de discours et d’analyse, une étude scientifique qui ne prend pas l’apparence du définitif, mais s’ouvre à un parcours de découverte et d’exploration de la « didactique du plurilinguisme ». La didactique des plurilinguismes a pour objet l’étude de ce qui a trait à leur enseignement/apprentissage. Elle a pour but, d’un côté, d’éclairer les modes de fonctionnement langagiers et sociaux qui se développent dans un contexte de contacts de langues ou qui peuvent contribuer à la compréhension et, de l’autre, de favoriser une meilleure transmission des connaissances des langues. Deux axes la traversent : l’un est un questionnement théorique ayant pour but le progrès de l’état des connaissances (et précisons que ces connaissances peuvent relever de domaines variés, celui de la linguistique, de l’analyse du discours, de la sociolinguistique, de la psychologie, etc.) ; le second oriente une recherche à « visée plus finalisante » dont l’objet est d’améliorer...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.