Show Less
Restricted access

Emergence des sciences de l’éducation en Suisse à la croisée de traditions académiques contrastées

Fin du 19 e – première moitié du 20 e siècle

Series:

Rita Hofstetter and Bernard Schneuwly

C’est dans un même mouvement que se mettent en place, en Suisse comme dans maints Etats occidentaux, les systèmes scolaires modernes, un réseau dense de professionnels de l’éducation et un nouveau champ disciplinaire ayant pour objet les phénomènes éducatifs. Alors que le paysage des hautes écoles se redéfinit et que les sciences sociales s’institutionnalisent, on assiste au tournant des 19 e et 20 e siècles, à l’émergence des sciences de l’éducation comme nouvelle discipline académique. Elles conquièrent non sans controverses leurs assises universitaires durant le 20 e siècle, moyennant cours, diplômes, chaires, laboratoires, instituts, réseaux de communication. Fondé sur l’analyse de volumineuses archives, cet ouvrage, pionnier en la matière, retrace les premiers développements des sciences de l’éducation dans tous les sites significatifs helvétiques. A la confluence de traditions académiques diverses, la Suisse constitue un laboratoire pour dégager des configurations contrastées en fonction des contextes historiques et culturels. L’enquête met en évidence les puissantes tensions qui accompagnent l’institutionnalisation de cette discipline constitutivement pluridisciplinaire: entre professions éducatives et champ disciplinaire, entre militance réformiste et engagement scientifique, entre inscriptions locales et visées internationales sinon universalisantes. Champ disciplinaire indiscipliné, les sciences de l’éducation constituent un prototype à travers lequel peuvent s’étudier à la loupe des modalités de production de connaissances en osmose avec le contexte social dans lequel il s’inscrit et qu’il influence.
Contenu : R. Hofstetter/B. Schneuwly : Introduction générale – L. Criblez : Zurich : un champ disciplinaire composite pour des formations professionnelles différenciées (1857-1949) – M. Späni : Berne : par-delà quelques soubresauts, une très lente institutionnalisation (1870-1950) – S. Campana/L. Criblez : Bâle : débuts précoces et prometteurs, externalisation et déclin (1870-1950) – R. Hofstetter : Genève : de la pédagogie comme science morale aux sciences de l’éducation. Le déploiement d’un champ (pluri)disciplinaire (1890-1950) – M. Cicchini/V. Lussi : Lausanne : un champ disciplinaire entre développement autonome et pressions locales (1880-1951) – V. Lussi/M. Cicchini : Fribourg : le pari d’une Université catholique suisse et son influence sur le champ disciplinaire (1889-1951) – V. Lussi : D’une section de pédagogie académique à une discrète présence universitaire à Neuchâtel (1866-1953) – M. Späni : Former des enseignants du commerce : l’intégration de la pédagogie dans la Handelshochschule de Saint-Gall (1912-1950) – S. Campana/L. Criblez : Pour éviter l’unilatéralité technique et former des enseignants de sciences : la pédagogie à l’Ecole polytechnique de Zurich (1866-1950) – R. Hofstetter/B. Schneuwly : Le paysage helvétique : des configurations contrastées dans des contextes culturels variés – V. Lussi/L. Criblez : Sciences de l’éducation et inscriptions universitaires des formations à l’enseignement : conditionnements réciproques – V. Lussi : La pédagogie curative : un champ spécifique ? – A. Thomann/B. Schneuwly/V. Lussi : L’orientation professionnelle et les sciences de l’éducation : deux voies contrastées – R. Hofstetter/B. Schneuwly/L. Criblez : Approches empiriques de l’éducation – M. Cicchini : Acteurs et réseaux des sciences de l’éducation : du local à l’international – M. Späni : Socialisations en sciences de l’éducation : entre logiques disciplinaire et professionnelle – D. Périsset Bagnoud/B. Schneuwly/R. Hofstetter : Infrastructures éditoriales et formes cognitives des sciences de l’éducation – R. Hofstetter/B. Schneuwly : Conclusion générale.