Search Results

You are looking at 1 - 2 of 2 items for

  • Author or Editor: Lisbeth Verstraete Hansen x
Clear All Modify Search
Restricted access

Littérature et engagements en Belgique francophone

Tendances littéraires progressistes 1945-1972

Lisbeth Verstraete Hansen

En Belgique francophone, les décennies d’après-guerre voient plusieurs groupes d’écrivains relayer le débat sur le « devoir d’engagement » qui traverse les milieux intellectuels en France. Quels sont les choix défendus par les écrivains belges ? Et qu’est-ce qui explique le silence qui, dans l’historiographie littéraire actuelle, entoure ces auteurs et ces œuvres ?
Deux figures d’écrivains se détachent : Charles Paron et David Scheinert qui, dans l’immédiat après-guerre, franchissent la porte des maisons d’édition parisiennes. C’est cependant à partir du champ littéraire belge, dans la revue politico-culturelle Les Aubes (1953-1957), que les deux auteurs formulent un projet littéraire progressiste où se confondent ouverture internationale et souci des traditions culturelles nationales. L’auteure analyse, en plus de ce projet, le parcours littéraire des deux auteurs et propose une réévaluation de quelques œuvres marquantes.
Cet ouvrage, nourri de l’apport des modèles sociologiques à l’histoire littéraire, cherche donc à démêler les enjeux des conceptions littéraires rivales qui opposent écrivains communistes, socialistes et compagnons de route. De ces affrontements, on verra se dessiner des convergences et des divergences, des alliances et des ruptures ; mais aussi, au sein du champ littéraire belge, une véritable composante « progressiste » qui n’avait jamais été étudiée en tant que telle.
Restricted access

Langues et cultures dans l'internationalisation de l'enseignement supérieur au XXIe siècle

(Re)penser les politiques linguistiques : anglais et plurilinguisme

Series:

Edited by Françoise Le Lièvre, Mathilde Anquetil, Martine Derivry-Plard, Christiane Fäcke and Lisbeth Verstraete-Hansen

Malgré les recommandations des institutions de l’Union européenne invitant les Etats à reconnaître la diversité linguistique de leur territoire et à promouvoir l’enseignement des langues selon une éducation ouverte à la pluralité et à l’interculturalité, on constate de nos jours une hégémonie croissante de l’anglais. Cette langue n’est plus considérée comme une « langue étrangère » mais comme la lingua franca de l’internationalisation de l’enseignement supérieur en Europe et dans le monde entier. Notre ouvrage, en tandem avec le second volume publié dans Heteroglossia (2018), réunissant didacticiens des langues, historiens et économistes, se propose d’examiner le rôle de l’anglais dans les stratégies d’internationalisation et d’interroger le plurilinguisme effectif des individus et le multilinguisme des institutions. Plus largement il s’agit de (re)penser les politiques linguistiques dans l’université du XXIe siècle, afin d’articuler la position hypercentrale de l’anglais avec la gestion d’un plurilinguisme plus démocratique.