Search Results

You are looking at 1 - 10 of 18 items for

  • Author or Editor: Marc Quaghebeur x
Clear All Modify Search
Restricted access

Analyse et enseignement des littératures francophones

Tentatives, réticences, responsabilités- Actes du colloque de Paris 31 mai - 2 juin 2006- Publiés avec la collaboration de Laurent Rossion et Amélie Schmitz

Marc Quaghebeur

L’émergence des littératures francophones constitue un des événements culturels essentiels de l’histoire de la langue française. Un événement qui n’a pas fini d’engendrer des chocs en retour tant leur prise en compte réelle met en cause les évidences supposées de siècles d’enseignement et de perception de la littérature française.
Issues d’aires géographiques et d’histoire très différentes mais inscrites dans le système littéraire le plus centralisé qui soit, les littératures francophones ont certes fini par opérer une percée dans l’enseignement de la plupart des pays concernés. Il ne s’est toutefois généralement agi que de parler de celle du pays en question.
L’enseignement transversal de ces littératures et leur rapport à la France métropolitaine comme leur étude dans les divers niveaux de l’enseignement secondaire supposent la révision des cadres d’approche et de légitimisation de textes qui pluralisent la perception du monde.
À travers l’approche de quelques œuvres de la seconde moitié du XX e siècle, le premier colloque de l’Association européenne des études francophones s’efforce de fournir des pistes de recherche qui ne se réduisent pas aux fondements historiques de ces littératures mais les présupposent.
Les complète une étude méthodologique de Bernadette Desorbay sur ce que des concepts issus de la psychanalyse peuvent amener à la compréhension de tels faits littéraires.
Restricted access

Les Villes du Symbolisme

Actes du colloque de Bruxelles – 21-23 octobre 2003 – Organisé par Marc Quaghebeur et Marie-France Renard – en collaboration avec l’Association "Italiques"

Marc Quaghebeur

La mégapole – Paris et Londres pour l’essentiel – focalise toutes les fascinations et les révulsions du XIX e siècle. Elle suscite en réaction l’exaltation mélancolique de villes englouties dans leur passé, telles Bruges ou Venise, à l’heure où le symbole paraît pouvoir incarner le secret de l’écriture et apporter une réponse idéaliste au naturalisme, expression de toute la démesure des grandes métropoles.
Des Villes tentaculaires de Verhaeren à La Ville de Claudel, de Bruges-la-Morte de Rodenbach aux villes de D’Annunzio, c’est tout ce monde contrasté et tensionnel qui surgit des contributions rassemblées dans ce volume. Un ouvrage qui s’intéresse aussi bien à des auteurs moins célèbres tels Rachilde ou Rosny, Fogazzaro, Poictevin ou Goffin, qu’à des villes moins immédiatement liées à la mémoire symboliste, Anvers, Gand, ou à la ville coloniale par exemple. Mais aussi et surtout Rome, dont la présence constitue un singulier contrepoint à Venise ou à Bruges.
Ce volume va de Hugo à Fargue. Comme le veut la tradition d’ Italiques, il brasse Belgique, France et Italie – avec un crochet par l’Allemagne, Bayreuth oblige.
Restricted access

Edited by Marc Quaghebeur

Les dernières décennies du XX e siècle ont été caractérisées par l’émergence et la reconnaissance en tant que telles des littératures francophones. Ce processus ouvre le devenir du français à une pluralité dont il s’agit de se donner, désormais, les moyens d’approche et de compréhension. Cela implique la prise en compte des historicités de ces différentes cultures et littératures.

Dans cette optique, la collection « Documents pour l’Histoire des Francophonies » entend mettre à la disposition du chercheur et du public, de façon critique ou avec un appareil critique, des textes oubliés, parfois inédits. Elle publie également des travaux qui touchent à la complexité comme aux enracinements historiques des francophonies et qui cherchent à tracer des pistes de réflexion transversales susceptibles de tirer de leur ghetto respectif les études francophones, voire d’avancer dans la problématique des rapports entre langue et littérature. Elle comporte une série consacrée à l’Europe, une à l’Afrique, une aux Amériques, et une aux problèmes théoriques des francophonies.
Restricted access

Series:

Edited by Marc Quaghebeur

Souvent rapprochée de l’épique alors qu’elle s’en différencie singulièrement, la Saga est passée dans le langage commun au point de se voir employée à tous vents, et souvent loin du sens originaire qui est le sien.
Ce volume entend interroger la permanence et les mutations de ce genre dans les champs littéraires francophones et lusophones du XX e siècle.
Il aborde en conséquence les métamorphoses du genre au contact de la société industrielle ; puis les translations qui s’imposent à l’heure de la reprise du module des Sagas par les mondes diasporiques ; enfin, l’alchimie qui voit la mémoire des vaincus s’en emparer également pour les lier à la permanence des dieux mânes.
Contrastes et contradictions de l’Histoire du XX e siècle se révèlent d’autant mieux dans les différents textes commentés dans ce livre qu’ils décalent tous ou réhabitent à frais nouveaux un genre qui plonge dans l’immémorial.
Restricted access

Series:

Edited by Marc Quaghebeur

Après avoir abordé les modalités des relations entre Violence et Vérité dans les littératures francophones, ce volume s’attache à des formes littéraires de Résistance. Celles-ci entendent souvent dépasser les réponses purement violentes et manifester ainsi leur refus de l’assujettissement, par des Sagesses – répliques souvent plus subtiles à la barbarie et à la domination. Elles circonviennent beaucoup mieux l’adversaire, comme le « sujet supposé savoir » dont parlent les psychanalystes. Ce parcours se fait au travers de textes francophones venus de latitudes très diverses : du Vietnam au Liban, du Maghreb à l’Afrique centrale, de la Suisse et de la Belgique aux Amériques. Ce faisant, c’est à un florilège d’esthétiques diverses que se voit convié le lecteur. Ce livre touche en effet aussi bien au symbolisme qu’à la postmodernité, en passant par les grandes voix du Maghreb ou des Antilles dans le contexte du dernier demi-siècle. Le propos ne s’organise pas pour autant en fonction des aires géographiques. Il montre que les soi-disant opacités francophones, leurs poét(h)iques, leurs hybridations ou leurs chemins de traverse constituent toujours des réponses à des situations historiques. Elles sont, qui plus est, très révélatrices de la dynamique du système franco-francophone. Trente-cinq études, pour ce faire, et qui font saisir de près le fait que ces œuvres sont loin d’être périphériques.

Restricted access

Edited by Marc Quaghebeur

Les dernières décennies du XX e siècle ont été caractérisées par l’émergence et la reconnaissance en tant que telles des littératures francophones. Ce processus ouvre le devenir du français à une pluralité dont il s’agit de se donner, désormais, les moyens d’approche et de compréhension. Cela implique la prise en compte des historicités de ces différentes cultures et littératures.

Dans cette optique, la collection « Documents pour l’Histoire des Francophonies » entend mettre à la disposition du chercheur et du public, de façon critique ou avec un appareil critique, des textes oubliés, parfois inédits. Elle publie également des travaux qui touchent à la complexité comme aux enracinements historiques des francophonies et qui cherchent à tracer des pistes de réflexion transversales susceptibles de tirer de leur ghetto respectif les études francophones, voire d’avancer dans la problématique des rapports entre langue et littérature. Elle comporte une série consacrée à l’Europe, une à l’Afrique, une aux Amériques, et une aux problèmes théoriques des francophonies.
Restricted access

Edited by Marc Quaghebeur

Les dernières décennies du XX e siècle ont été caractérisées par l’émergence et la reconnaissance en tant que telles des littératures francophones. Ce processus ouvre le devenir du français à une pluralité dont il s’agit de se donner, désormais, les moyens d’approche et de compréhension. Cela implique la prise en compte des historicités de ces différentes cultures et littératures.

Dans cette optique, la collection « Documents pour l’Histoire des Francophonies » entend mettre à la disposition du chercheur et du public, de façon critique ou avec un appareil critique, des textes oubliés, parfois inédits. Elle publie également des travaux qui touchent à la complexité comme aux enracinements historiques des francophonies et qui cherchent à tracer des pistes de réflexion transversales susceptibles de tirer de leur ghetto respectif les études francophones, voire d’avancer dans la problématique des rapports entre langue et littérature. Elle comporte une série consacrée à l’Europe, une à l’Afrique, une aux Amériques, et une aux problèmes théoriques des francophonies.
Restricted access

Series:

Edited by Marc Quaghebeur

La présence des femmes dans le champ de l’Histoire littéraire belge francophone est déjà le fait d’écrivaines du XIXe siècle (Robertsart, Gravière, Bervoets, Nizet, Van Rysselberghe, etc.). Il faut cependant attendre l’entre-deux-guerres pour que des noms – rares encore – s’affirment à l’égal de leurs confrères masculins (Doff, Gevers, Bourdouxhe, Ley, etc.).

Après 1945, le processus s’accélère pour atteindre, au début du XXIe siècle, un rythme de croisière qui tend à rendre peu à peu superflue la question des comparaisons et des positionnements. Ce rééquilibrage salutaire, parallèle aux évolutions de la société, a été préparé par des vagues successives d’écrivaines dont le nom a compté, et qui ont investi des genres ou des univers bien différents et bien différemment (Lilar et Collin, Lejeune et Feyder, Fabien et Lalande, Malinconi et Harpman, Lamarche et Nothomb). Chacune de ces auteures contribue aux avancées du combat des femmes pour la reconnaissance de leurs droits et de leur qualité intrinsèque.

Le volume met en valeur une vingtaine de ces trajectoires. Il porte la focale sur des écrivaines souvent commentées comme sur d’autres, presque oubliées (Watteau), voire méconnues comme auteures de fiction (Delcourt), ou point encore suffisamment entrées dans le corpus des commentaires (Nys-Mazure, Brune, Houari, Hoex, Heuffel). Il témoigne en outre d’une facette peu connue de l’immigration (Nguyên).

Ces parcours individuels, comme ceux des auteures du panoramique qui ouvre ce livre, relèvent tous d’esthétiques singulières, et d’une Histoire. Le livre ne cherche pas à produire, à partir d’elles, un discours essentialiste. Il donne à (re)lire et à faire découvrir des écritures de femmes. On y perçoit souvent clairement différences ou nuances par rapport aux textes contemporains de leurs collègues masculins.

Restricted access

Histoire, Forme et Sens en Littérature

La Belgique francophone – Tome 2 : L’Ébranlement (1914–1944)

Series:

Marc Quaghebeur

L’invasion allemande d’août 1914 suscite en Belgique un véritable sentiment patriotique qui se manifeste par la résistance imprévue de l’armée belge. À Noël 1914, les troupes impériales sont enlisées dans les plaines de la rive droite de l’Yser.

Le viol de la neutralité belge comme les violences de la soldatesque déchaînent un sentiment antiallemand qui anéantit du jour au lendemain l’admiration vouée jadis par les Belges à l’Allemagne. Ce rejet concerne dès lors tout ce qui touche à la culture germanique. Or, l’adoption du suffrage universel pour les hommes au sortir du conflit met progressivement fin à la « Belgique française ».

Ce deuxième tome de la série Histoire, Forme et Sens en Littérature : La Belgique francophone aborde l’impact de ces événements sur les grands auteurs de la génération léopoldienne. Ensuite, il s’attache, à travers la nouvelle génération d’écrivains, à l’affirmation du fantastique réel chez un Hellens ou un Thiry, ainsi qu’aux novations langagières et formelles des Michaux, Nougé, Plisnier ou Crommelynck. Il dialectise ces esthétiques souvent remarquables avec l’hypostase de plus en plus exacerbée de la langue française et de la France, portée à son acmé par le Manifeste du lundi. Il rend également compte de la mise en place d’une historiographie littéraire bien plus complexe que les simplifications du Manifeste.

Portée par les fourgons de la défaite de mai 1940, la reviviscence du mythique chez Maeterlinck, Ghelderode, Hergé ou Nothomb surgit comme une réponse très belge à la faillite du réel. Les contrepoints de Victor Serge à l’égard des deux conflits mondiaux le confirment à leur manière.

Les deux premiers volumes de la série Histoire, Forme et Sens en Littérature : La Belgique francophone ont été récompensés en 2017 du prix Lucien Malpertuis. Le présent ouvrage, deuxième volet, s’est quant à lui vu décerner en 2018 le prix annuel de l'Académie des littératures 1900-1950.

Restricted access

Series:

Edited by Marc Quaghebeur

Douze livres, douze auteurs.
Au centre, donc, douze écritures, en paroles propres avec des facilitateurs. Au final, deux synthèses critiques.
Une formule originale pour accéder aux continents francophones, à leur autonomie comme à leur singularité. Ces témoignages concernent la Belgique ou la Suisse, l’Europe centrale, le Québec, le Congo et le Cameroun, les Antilles ou le Maghreb.
Les conflits israélo-arabes, les séquelles coloniales au Maghreb, l’occupation américaine en Irak, le 11 septembre 2001, la mémoire européenne d’après le génocide, les guerres interafricaines ou les situations postcoloniales dans les Caraïbes y sont évoqués, comme la violence des éléments ou celle de l’univers avec lequel l’homme contemporain tente de rompre.
Quelque chose donc qui est l’Histoire, et qui est plus que l’Histoire telle qu’elle prétend se raconter ou se considérer. Le propre de la littérature n’est-il pas d’y immerger le lecteur à partir de la mise en jeu d’une ou de plusieurs subjectivités ?
Les littératures francophones le laissent entrevoir tout particulièrement.